martes, 25 de junio de 2013

sparring partners

enchaînant des cigarettes il rêvait d'une langue confuse
tan tan tan tan tan, tan tan tan tan, tan tan
d'un univers parallèle où crise ne désignait que les spasmes
des amants, rythmés, l'un dans l'autre, les regards écoulés
dans des miroirs fondants d'hiver
tan tan tan tan tan, tan tan tan tan, tan tan
où le temps ne passait pas, où les coups secs du tonnerre
volaient en éclats les tableaux travestis de souvenirs
où le bruit était aboli, où chaque ébat se transmutait en poésie

No hay comentarios: